Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Contactez-moi

200-jeremie-galland

Jérémie GALLAND
Né le 8 avril 1983 à Villeneuve-Saint-Georges (94)
62 kg / 1,74 m

Si vous souhaitez me joindre, vous pouvez m'envoyer un mail.
Je vous répondrai avec plaisir.

Formation & Palmarès

Clubs amateurs formateurs :
EC Montgeron-Vigneux (site ECMV), US Créteil, CA Mantes-la-Ville, CC Nogent-sur-Oise

Equipes cyclistes Pro :
Auber 93 (2008), BESSON Chaussures-SOJASUN (2009), SAUR-SOJASUN (2010/2012), SOJASUN (2013).

Palmarès :
1er du Gd Prix de PLUMELEC 2009
1er de la 1e étape du Tour du LIMOUSIN 2010
1er des Boucles de la MAYENNE 2010
2e d'une étape des Boucles de la MAYENNE 2011
2e d'une étape de PARIS-CORREZE 2008
2e de la POLYNORMANDE 2010
3e de la Route ADELIE 2008
3e de la 1e étape de PARIS-NICE 2010
3e de la 5e étape du Tour du POITOU-CHARENTE 2009
3e du Grand Prix de PLUMELEC 2011
3e d'une étape du Tour du LUXEMBOURG 2011
4e d'une étape du Tour MEDITERRANEEN 2011
4e du Grand Prix de FOURMIES 2008
4e du Grand Prix de la MARSEILLAISE 2012
4e d'une étape du Tour du HAUT-VAR 2012
4e du Tour du FINISTERE 2012
4e du circuito de GETXO (Espagne) 2012
4e des 2e et 4e étapes du Tour du LIMOUSIN 2012
6e du Tour du LUXEMBOURG 2011
8e du Tour du LIMOUSIN 2012
8e du Tro Bro LEON 2012
9e du Tour de PICARDIE 2011

Mes Partenaires

esp consulting Chaussures:promo-specialized

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 13:43

presentation saursojasun 2012 21

De retour de stage en Espagne ou nous avons pu bien travailler en vue des premières échéances, place à la présentation de l'équipe version 2012 avec 23 coureurs au total dont 4 nouvelles recrues: Brice Feillu, David Lelay, Maxime Mederel et Etienne Tortellier.

presentation saursojasun 2012 35

 

Le début de saison approche et je serai aligné dès le week end prochain sur le GP la Marseillaise. Ensuite viendront plusieurs courses à Mallorque, le tour du Haut Var, un week end belge avec le Het Nieuwsblad et Kurne Bruxelles Kurne avant de savoir si je serai retenu pour Paris Nice.presentation saursojasun 2012 48

Repost 0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 09:38

Déjà 2 stages d'effectués en cette fin d'année. Le premier administratif qui s'est déroulé à Rennes. Au programme: test d'effort, réunion...etc

 

Le second était plus axé sur la préparation. Nous avons pu bénéficier de la chaleur du Sud de la France à St Raphael. Nous avons enchaîné les sorties sur route mais aussi d'autres activités outdoor afin de souder le groupe.

 

Ce fut également l'occasion pour nous de recevoir notre nouveau vélo Time équipé en Shimano, Rotor, Corima, Fizik, FSA, Panaracer et de se familiariser à nos nouveaux outils d'entraînement: SRM, Compex sans fil...etc.

 

En ce moment, malgré le temps maussade de la région parisienne, j'enchaine les sorties sur route, rallyes Vtt le dimanche matin ainsi que des exercices de gainage, musculation.

 

D'ici quelques jours je vais partir pour mon stage annuel de ski de fond à Crevoux dans les Hautes Alpes.

 

Repost 0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 22:42

J. Galland : "Il faudra suivre les meilleurs"


posté par Yohann Lossouarn le 27/08/2011 à 19h27


 

GallandAprès avoir achevé son premier Tour de France Jérémie Galland entend bien continuer d’en profiter. Déjà bien en vue au Tour du Limousin où il n'est pas passé pas loin de la victoire à plusieurs reprises en prenant deux huitième place ainsi qu’une troisième position sur la troisième étape, Galland monte encore en puissance. 21ème l’an passé après s’être échappé dans le dernier tour le pensionnaire de Saur-Sojasun explique à Cyclism’Actu qu’il veut encore mieux faire cette année.


Bonjour Jérémie, comment avez-vous préparé le GP de Plouay ?


Le Tour de France terminé j’ai enchainé avec la Polynormande puis j’ai fait une petite coupure afin de me reposer. J’ai ensuite repris avec le Tour du Limousin la semaine dernière où j’ai fait quelques bonnes places.


Et pour ce qui est de l’entrainement ?


Je n’ai pas fait un entrainement spécial pour la distance de Plouay mais par contre avant le Limousin j’ai roulé en montagne en faisant pas mal de cols pour accumuler beaucoup de dénivelé. Après le Tour du Limousin où il a fait très chaud j’ai fait une semaine plutôt classique afin d’avoir de garder des ressources pour ce dimanche.


Comment l’équipe sera-t-elle formée demain ?


On ne sait pas encore vraiment avant la réunion de demain matin. Ce que l’on sait c’est que Plouay est une course qui se joue dans le ou les derniers tours et il faudra donc des coureurs capable d’accompagner les meilleurs à ces moments-là, dans les dernières bosses. Ou alors des coureurs qui peuvent faire une place dans le sprint final si jamais cela se jouait ainsi. Moi je peux tenter de faire les deux mais je ne sais pas encore à quoi je me tiendrais.


Voyez-vous course comme l’année dernière ou bien plus ouverte ?


Tout le monde s’attend à ce que Gilbert attaque dans Ty Marrec lors du dernier tour. Ce que l’on ne sait pas c’est si quelqu’un pourra le suivre lorsqu’il attaquera. Mais je pense que de ce fait la course devrait être plus propice à une échappée que l’année dernière ou des équipes avaient fait le choix d’attendre afin de placer leur sprinteur dans le final.


Si l’attaque de Gilbert fait peur, pouvez-vous tenter de sortir plus tôt ?


Je ne pense pas que l’on puisse gagner en partant dès le départ en tout cas. Je n’ai pas le souvenir que cela ait déjà fonctionné ici. C’est souvent dans la dernière bosse que cela se joue et c’est donc là qu’il faudra essayer de le suivre.


Donc vous joueriez plutôt en puncheur qu’en sprinteur ?


GallandC’est ce que j’avais fait l’an passé. Nous étions une petite dizaine à être sortis mais on s’était fait reprendre à 2 kilomètres de l’arrivée. J’avais réussis à suivre les meilleurs et l’on n’avait pas été loin de réussir à faire la décision. Donc pourquoi ne pas retenter ça cette année.



Il y a 248 kilomètres au programme, comment ça passe pour vous ?


Une course longue ça ne me désavantage pas. Mais c’est une course World Tour et nous allons donc courir contre des cyclistes qui ont l’habitude de faire ce kilométrage en course, c’est plus difficile. Cependant j’ai fait le Tour de France et cela m’avantage par rapport à l’année dernière.


En quoi avoir fait le Tour de France te favorise-t-il ?


J’ai pris de la caisse sur ce Tour, j’ai pris de la force aussi. Je pense que j’aurais plus l’impression que l’an passé d’être dans les mêmes conditions que les autres coureurs qui ont fait le Tour avant de venir sur ces courses comme Plouay en Aout. Et c'est une bonne chose.

 Photos: Sirotti



En lire d'avantage sur Cyclism'Actu : http://www.cyclismactu.net/news-gp-plouay-j-galland-il-faudra-suivre-les-meilleurs-18698.html#ixzz1WXyqDbZw

Repost 0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 22:40

Galland et Simon, un duo qui a du punch



C’est un duo sur lequel Saur-Sojasun peut compter sur les courses d’un jour. Jérémie Galland, Julien Simon. L’an dernier, au Grand Prix de Plouay, un groupe de dix coureurs se détachait dans Ty-Marrec. Ils étaient tous les deux dedans. Douze mois plus tard, c’est à dire dimanche, au même endroit, la sélection se fait. C’est le dernier tour. Et les coéquipiers discutent. « J’ai dit que je ne voulais pas attendre le sprint, que je voulais suivre, confie Jérémie Galland à Velochrono. Il m’a dit la même chose. » « On s’est suivis roue en roue, raconte Julien Simon. Et en haut, en se retournant, on a vu qu’on était sept ou huit. C’est parti à droite, Jérémie y va. On aurait pu être à deux devant. Mais l’an dernier, on avait fait le coup à deux et on s’était un peu ratés. Parfois, être à deux dans un groupe, c’est plus dur. Donc, je fais cassure. J’avais alors tous les gros derrière moi, qui se sont regardés. J’ai pu contrer les attaques. »

 

À Plouay, quand tu n’es pas bien placé aux cinq kilomètres, c’est mort.
Finalement, c’est trop juste. Grega Bole s’isole en tête et gagne. Le peloton est ramené par l’offensive de Thomas Voeckler et c’est la deuxième place qui se joue au sprint. « Lui va faire neuvième, moi douzième : on se complète », résume Galland, qui a fait la course qu’il attendait : « Pour moi, ce n’est pas une surprise. J’espérais faire un résultat. Je savais que je marchais bien au Limousin, donc je m’attendais à être bien. Avoir fait le Tour de France, ça m’a permis d’avoir plus de puissance. Je n’ai pas fait un super Tour, j’étais malade pratiquement depuis le début, donc je n’ai pas vraiment pu m’exprimer. Mais les efforts et le fait d’avoir terminé, tout cela m’a apporté. Ça fait du bien de pouvoir montrer que quand ça va bien, je suis capable de faire de belles choses. »

 

« Je savais qu’il y avait Philippe Gilbert et je voulais voir ce que ça donnait, enchaîne Galland. Essayer de le suivre quand il allait attaquer. Quand il est là ? Ça court de la même façon. Seulement, tout le monde l’a surveillé dans la dernière bosse. Alors que d’habitude plusieurs coureurs attaquent. » « Philippe Gilbert a attaqué une ou deux fois. Je pense qu’il n’était pas extra », témoigne Simon, qui l’a eu plus d’une fois dans sa roue. Avant d’inverser les rôles : une fois dans la descente, il a pu se faufiler jusqu’à gagner le sillage du champion du monde Thor Hushovd : « A cet endroit, je voyais bien ce qu’il se passait. J’avais fait un premier sprint pour rester placé quand le peloton nous a avalés, puis un second au kilomètre pour me mettre dans les dix. J’ai attendu et ça a lancé dans la cuvette. » Beaucoup de coureurs étaient alors déjà out pour les places. Ce qui a ouvert les portes du top 10. « À Plouay, quand tu n’es pas bien placé aux cinq kilomètres, c’est mort. » (Photo Laurie Beylier)

Se distinguer à nouveau à Namur, en attendant 2012 ?

On a fait Liège et le Tour de France cette année, j’espère que d’autres belles épreuves viendront s’ajouter.
Julien Simon adore Plouay : « C’est une course qui me convient. En plus, c’est en Bretagne. Un jour, j’aimerais bien faire un podium. Dommage qu’ils ne fassent pas l’arrivée dans la bosse… Plouay, c’est une course que j’ai en tête dès que l’on parle du programme en début de saison. » Car le Breton, s’il n’exclue pas un jour de tenter sa chance sur des épreuves par étapes d’une semaine type Circuit de la Sarthe, est un homme de courses d’un jour. Et il aimerait bien développer son bagage : « Ce serait bien que l’on participe plus souvent pour progresser. Je me suis dit, à la fin de Plouay : c’est vrai que l’on n’a pas encore fait 250 kilomètres à ce niveau là. À l’avenir, j’espère que ce sera possible. Certes, il faut aussi que l’on ait des recrues pour cela. Alors l’an prochain, pourquoi pas passer un petit palier. Pas faire toutes les World Tour, faut pas rêver… Mais on a fait Liège et le Tour de France cette année, j’espère que d’autres belles épreuves viendront s’ajouter. » (Photo Laurent Brun)

 

En attendant, il disputera le Tour du Doubs, puis Paris-Bruxelles et le Grand Prix de Wallonie, deux épreuves où il retrouvera Jérémie Galland, qui reviendra alors d’une semaine d’entraînement dans le sud de la France. À Namur, Simon terminait quatrième l’an passé. « C’est une course que je connais bien, dit-il. On verra… » Galland y pense aussi : « L’arrivée en haut de la Citadelle, ça peut me convenir. »

Par Alexandre Philippon- Mardi 30 août 2011 - 11:45


Lire la suite sur Velochrono.fr - http://www.velochrono.fr/actu/2011/galland-et-simon-un-duo-qui-a-du-punch/#ixzz1WXxykwmg

Repost 0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 12:53

Un grand merci à toutes les personnes qui m' ont suivi et m' ont soutenu pendant ce Tour de France! Vos commentaires sur mon blog, messages sur Facebook, mails, SMS, m' ont apportés beaucoup de soutien, c'est peut etre ce qui m'a permis de tenir jusqu'à Paris!!!

 

184046_213516162032865_100001234486057_695917_2622678_n.jpg

Repost 0
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 07:33

Galland : « C’est une découverte »


Galland : « C’est une découverte »

Par Cedric Congourdeau
Samedi 2 juillet 2011 - 6:53
Photo : Sport-phot.com / Nicolas Götz

Papa d’une seconde petite fille, Neïs, depuis lundi, Jérémie Galland attaque le Tour de France avec un très large sourire. « C’est très motivant ! Surtout que j’ai pu être là pour l’accouchement. C’est quand même un soulagement… » L’heureux évènement est venu s’ajouter à une sélection au sein de l’équipe Saur-Sojasun qu’il a fallu aller chercher aux Championnats de France. « Je pense que Stéphane Heulot y attendait confirmation de ma part, explique-t-il à Velochrono. Il nous avait dit qu’il nous donnerait la sélection le dimanche soir si c’était clair, ou le lundi. Celle-ci a été donnée juste après la course donc je pense que c’était juste un besoin de confirmation. » Et le voilà donc au départ du Passage du Gois pour prendre la direction, ce samedi, d’une arrivée au Mont des Alouettes adaptée à ses caractéristiques.

 

En général, la montagne, ce n’est pas forcément mon truc. Mais là, cette année, j’ai vraiment fait attention à être affûté. J’ai perdu pas mal de poids.
L’aspérité vendéenne figure en effet parmi les endroits où Galland espère briller, animé par son objectif de victoire d’étape. Avec aussi Mûr-de-Bretagne, par exemple. « Je pense que j’aurai sûrement une petite carte à jouer sur la première semaine, développe-t-il. Après, l’essentiel du travail sera pour Jérôme Coppel, pour l’emmener dans les meilleures conditions possibles pour le classement général. Le protéger. Aller le plus loin possible avec lui. En général, la montagne, ce n’est pas forcément mon truc. Mais là, cette année, j’ai vraiment fait attention à être affûté. J’ai perdu pas mal de poids. Je n’ai pas fait trop de courses en montagne, mais je pense qu’en étant plus léger, ça devrait aller déjà mieux. » Entre le Championnat de France de cette année et celui de 2010, « 1,5 voire 2 kilos de moins ».

 

Cette première étape, elle va énormément compter pour Jérémie Galland, car ce sera une base de départ. « Je vais déjà voir où je serai situé après cette première journée, en fonction du niveau, de comment je me trouve… Je ne peux pas trop m’avancer puisque c’est une découverte. Mais en fonction de mes sensations, je vais voir ce que je pourrai espérer. » Une découverte qui ne va pas le paralyser : « Je ne m’en fais pas une montagne. Tout le monde a, un jour, fait un premier grand tour. Pour moi, ce sera directement par le Tour de France. Mais j’ai vu que, par le passé, tous les coureurs qui avaient commencé sur les grands tours par le Tour de France s’en étaient sortis. Donc il n’y a pas de raison que je ne m’en sorte pas ! J’ai travaillé pour ça. »

Tous les jours pendant le Tour de France, Jérémie Galland fera partager ses sensations et sentiments sur son site internet.



Lire la suite sur Velochrono.fr - http://www.velochrono.fr/actu/2011/galland-cest-une-decouverte/#ixzz1Qy66DK1l

Repost 0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 22:32

Tour-de-france 0749

Repost 0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 20:59

J. Galland "une course usante"


posté par Yohann Lossouarn le 03/06/2011 à 20h51


 

Jérémie Galland semble avoir repris le rythme rapidement puisqu’après un long arrêt, due à une quadruple fracture de la clavicule, il est déjà aux avants postes. En effet le coureur de Saur-Sojasun a pris aujourd’hui  la 3ème étape de l’une des étapes les plus difficiles du Tour du Luxembourg. Rentré à son hôtel, il a confié ses réactions à Cyclism’Actu.


Après sa course, le français s’avoue satisfait,  « l’étape s’est bien passée pour moi. Comme hier, une échappée est sortie et Leopard Trek l’a parfaitement contrôlée. Mais c’était tout de même assez nerveux puisqu’il y avait pas mal de vent et le peloton était étiré, avec les nombreuses bosses en plus on peut dire que c’était assez usant. » Une course difficile donc, mais dont il a su tirer profit avec quelques autres coureurs, « la sélection s’est opérée au fil des tours dans le final, lors du premier passage dans le col de l’Europe le peloton ne comptait plus qu’une bonne quarantaine de coureur dont 5 de Saur-Sojasun, nous étions donc bien représentés. Au tour suivant nous sommes sortis à 7 puis 3-4 sont revenus sur nous, et nous sommes arrivés dans cette configuration. » Son équipe ne s’était pas trompée pour aujourd’hui puisqu’il était protégé, dès le départ. « Nos consignes était de protéger quelques coureurs, dont moi car l’on savait que le final serait difficile. Il fallait nous amener dans les meilleures conditions au pied des dernières difficultés » explique-t-il. Et il nous admet aussi avoir quelques regrets puisqu’il estime qu’il aurait peut-être dû attaquer dans la bosse finale, ce qu’il a trop hésité à faire.


Concernant la suite de la course, Jérémie Galland peut nourrir toujours plus d’ambition car cette étape était l’une des plus dures si ce n’était la plus difficile. « Les prochaines étapes me conviennent aussi, il faudra continuer à aller chercher des résultats.  Pour le général on va voir comment va se dérouler la suite de la course, car tout peut changer très vite. Il faudra prendre les étapes au jour le jour afin de voir ce que l’on peut jouer, » conclu-t-il.



En lire d'avantage sur Cyclism'Actu : http://www.cyclismactu.net/news-tour_du_luxembourg_j_galland_une_course_usante-15925.html#ixzz1OF0KNNzy

Repost 0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 19:49

Dans la roue de Jérémie Galland


posté par Yohann Lossouarn le 14/04/2011 à 19h38


 

Mercredi 13 avril, c'est récupération pour Jérémie Galland, mais récupération active tout de même puisqu'il faut retrouver la forme au plus vite. Le coureur de Saur-Sojasun a en effet repris la compétition hier lors de Paris-Camembert après avoir été arrêté près d'un mois suite à quadruple fracture de la clavicule le 27 février dernier. Cyclism'Actu a pris la roue de Jérémie Galland, le temps d'une sortie afin d'en connaitre d'avantage sur le sympathique coureur de la Saur Sojasun. Ce fut également l'occasion de discuter sur sa remise en forme et ses objectifs futurs.


Aujourd'hui Jérémie prend part à la sortie regroupant des pensionnaires du club de l’Entente Cycliste Montgeron-Vigneux (le club où il a débuté) et de l’ ASCV Villeneuve-Saint-Georges. Peloton qu’il quittera au bout d'une soixantaine de kilomètres afin de suivre son propre rythme, constant. Le parcours sera plutôt plat, une seule vraie bosse celle d'Arbonne, pour les connaisseurs. Concernant son entrainement suite à sa première course d’après blessure il nous explique qu’« hier j'ai fait le maximum depuis la reprise, 180 km. Ainsi aujourd'hui ça doit être de la récupération mais il faut que je monte en puissance donc cela sera tout de même actif ». « Je roule la plupart du temps seul, dans l'est de l'Essonne ou dans le sud-ouest de la Seine-et-Marne » indique-t-il. A propos des ces routes il nous dit qu’il « y trouve un terrain venté avec des bosses pas très longues mais assez dures, d'ailleurs le vent est encore au rendez-vous, » alors sous le vent et un soleil qui joue à cache-cache avec les nuages c’est parti, dans la roue de Jérémie Galland.


Tout en roulant il nous raconte que sa première course depuis la reprise, hier, « s'est plutôt bien passée, j'avais de bonnes sensations même si c'est normal qu'à la fin ça soit un peu plus difficile. C' était dur mais je suis plutôt content de moi. C’est de bon augure pour la suite. » Il nous explique aussi qu'il a roulé tranquillement sur le début la course et essayer d'aider un peu ses coéquipiers plus tard afin de boucler les 180 kilomètres au programme de ce Paris-Camembert. Car la reprise, à la fois de l'entraînement et de la course est une chose difficile après des fractures. Par exemple, Galland n'a pas pu se mettre en danseuse jusqu'il y a seulement une semaine, cependant il nous assure « n'avoir plus de douleur » tout en se levant sur son vélo à l »occasion d’une petite relance. « J'ai repris très progressivement, j'ai commencé par des sorties d'une heure puis j'ai augmenté au fur et à mesure. J'ai recommencé un peu les intensités avant Paris Camembert mais très léger, je reprends doucement. Ç’a été assez dur au début mais ça va de mieux en mieux »raconte-t-il. La reprise après un mois d'arrêt s'effectue en fait comme un début de saison, et mentalement c'est aussi un nouveau début de saison pour le coureur de Saur-Sojasun. Comme il nous l’explique, « même si j'ai couru un petit mois avant je n'ai pas eu le temps d'être bien. Donc là c'est vraiment un nouveau départ, j'ai des objectifs pour la suite et j'espère que tout va bien aller. » Mais lors d'une telle reprise il faut être vigilant afin de revenir en forme efficacement pas non plus trop tôt afin d’éviter de se « cramer ». « Revenir trop vite, c'est l'erreur à ne pas faire car il y a un danger de se cramer. Il faut faire attention mais j'essaie de bien gérer cela et les courses qui arrivent sont assez espacés cela devrait bien se passer » signale-t-il.


 Malheureusement pour lui, c'est cette semaine, et sur des courses qui lui auraient convenues s'il était en forme, que se joue la coupe de France. « La coupe de France peut vite devenir un objectif il suffit de gagner une course et d'être sur le podium d'une autre pour commencer à jouer la victoire. » Et cette semaine, une grande partie du classement se joue avec quatre courses comptant pour le classement général, un objectif potentiel a oublié donc pour Jérémie Galland.


Cependant cette coupure peut aussi être bénéfique. Car, comme on l'a vu l'été dernier sur le Tour de France avec Sylvain Chavanel, un tel arrêt peut permettre d’être plus frais lors de l'été et de rafler des victoires devant des coureurs qui commencent à être fatigués. Et cela, Jérémie ne l'oublie pas, « c'est sûr que je serais plus frais que certains coureurs qui courent depuis le mois de février sur de nombreuses courses sans s'arrêter. J’espère donc bénéficier de plus de fraîcheur et pouvoir en profiter »avoue-t-il. Ses prochains objectifs se situent à partir de la fin mai désormais, premièrement avec le Grand prix de Plumelec (28 mai) qu’il « aimerait remporter une seconde fois » ainsi que le tour du Luxembourg (du 1er au 5 juin) qui « est le genre de course qui pourrait me convenir et j'espère donc être bien revenu d’ici là. » Et cette année pourrait être une année importante pour lui car pour la première fois de sa carrière l'équipe pour laquelle il roule et sélectionnée pour le Tour de France. Donc, bien sûr, cela lui trotte dans la tête « on ne connaît pas la sélection, mais j'ai encore pas mal de temps pour faire mes preuves. Si je montre que j'ai ma place je peux tout à fait y être, c'est à moi de montrer que je suis à la hauteur » dit-il en se mettant un peu la pression. Ici encore sa fraîcheur pour lui profiter « je serais plus frais, il faut que j'arrive à profiter de cela pour décrocher la sélection » nous explique celui qui se définit désormais comme un puncheur puisque « les arrivées pentues voire très pentue me conviennent bien. »


Plus tard dans sa carrière et peut-être même dès l'année prochaine Jérémie nous avoue qu’il voudrait aussi essayer d'exploiter une autre de ses qualités. En effet puissant, rapide et passant bien les bosses raides, les pavés pourraient lui convenir, il a le profil des courses Belges. « Les pavés c'est un type de course qui pourrait bien m’aller. J'aimais bien ça dans les courses amateurs mais en pro je ne m'y suis encore jamais penché. Je pense qu'une année j'essaierai de concentrer mon début de saison là-dessus pour voir ce que cela donne » nous dévoile-t-il.


Au final, c'est 99 km qui ont été parcourus aujourd'hui à la vitesse moyenne de 30,5 km/h en roulant à une allure régulière, puis direction la Bretagne dès vendredi avec le tour du Finistère samedi et ensuite le tour de Bretagne à partir du 25 avril. Bonne route.


Merci à Jérémie Galland pour sa sympathie et sa grande disponibilité.



En lire d'avantage sur Cyclism'Actu : http://www.cyclismactu.net/news-reportage_dans_la_roue_de_jeremie_galland-14439.html#ixzz1JWMWfw3I

Repost 0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 21:19

Jérémie Galland est remonté sur son vélo

 


Jérémie Galland retrouve le sourire. Il y a un peu moins d’un mois, le Français chutait sur les Boucles de Sud-Ardèche et se fracturait la clavicule. Passé sur le billard le 15 mars dernier, le coureur de Saur-Sojasun a commencé sa rééducation. « L’opération s’est bien passée, mon bras va très bien, je peux le bouger facilement. J’ai même fait une heure de vélo ce matin (mardi), confie-t-il à Velochrono. C’est quand même délicat, je dois faire très attention avec mon bras. Je vais surtout faire du home-trainer au début. Il ne faut pas trop bouger, pour favoriser la cicatrisation. Mais ça se passe bien. »

 

D’ici une dizaine de jours, je pourrai vraiment rouler bien.
Le puncheur français, qui avait pris d’intéressants accessits (quatrième de l’étape de Biot remportée par Feillu sur le Tour Med, huitième de la première étape du Tour du Haut-Var) avant de se blesser, a également commencé des séances de kiné en ce début de semaine. « J’ai trois séances par semaine de prévues. J’ai commencé hier (lundi), c’était plutôt pas mal : je n’ai pas trop perdu de muscle et j’ai une bonne mobilité du bras. Je pense que d’ici une dizaine de jours, je pourrai vraiment rouler bien. »

 

Reprise prévue sur Paris-Camembert, le 12 avril

Jérémie Galland a même fixé sa date de reprise : « Je pense reprendre sur Paris-Camembert ». La semi-classique normande aura lieu le 12 avril prochain, soit dans trois semaines. « On en a parlé avec l’équipe, on a plus ou moins établi mon programme de reprise. Paris-Camembert, c’est pas mal pour reprendre parce que ce n’est pas très difficile avant le circuit final. » S’il n’imagine évidemment pas briller dès sa première course, le protégé de Stéphane Heulot espère refaire des résultats assez vite. « J’ai eu trois semaines d’inactivité, mais je ne suis pas non plus resté assis dans mon canapé. J’ai tenu à garder la forme. C’est vrai aussi que j’étais en condition au moment de ma blessure, et dans ces cas-là on revient forcément plus vite. Il ne faudra pas s’enflammer non plus, vouloir trop vite marcher. Il faudra prendre le temps. Mais j’espère marcher vite. »

Par Baptiste Bouthier - Mardi 22 mars 2011 - 15:45



Lire la suite sur Velochrono.fr - http://www.velochrono.fr/actu/2011/galland-est-remonte-sur-son-velo/#ixzz1HMU5edV9

Repost 0